Des vies (presque) comme les autres

En ce journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, j’avais envie de vous parler un peu de moi et de mon métier… enfin plus exactement j’avais envie de vous parler d’eux.
Ils sont près de 3 millions, ils ne sont pas rémunérés pour le travail qu’ils effectuent chaque jour, ils n’ont pas de jour de repos ou de vacances, ils sont parfois seuls et isolés, ils côtoient la souffrance, l’agressivité, les troubles de mémoire… Ils sont mari, fille, cousine, neveu, belle-fille… Et ils ont tous un point commun : la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer touche 900 000 personnes en France mais au delà des malades ce sont des familles entières qui vivent au quotidien la maladie. Eux, on les appelle « aidant ». Moi, je les rencontre le plus souvent à un moment charnière et douloureux. Quand ils n’ont plus d’autre choix que de nous confier leur proche. Décision qui entraîne frustration, souffrance, culpabilité, questionnement…
Difficile de comprendre ce qui se passe par la tête de ses aidants, difficile d’imaginer toute cette souffrance. Régulièrement j’organise des groupes de parole à destination de ces familles afin d’échanger, d’évacuer et surtout d’essayer de comprendre la maladie. Au delà d’un simple temps de parole c’est avant tout un moment d’échange avec d’autres personnes ayant un vécu similaire.

Car parfois les paroles d’aidants et le partage d’expérience soignent plus que les paroles de soignants ou de thérapeutes…

Des vies (presque) ordinaires retrace les parcours de Clotilde et Victor les parents de Caroline, victime d’un accident de la route, de Michel qui s’occupe de son épouse atteinte de la maladie de Parkinson, d’Évelyne dont le fils est porteur d’un spina-bifida, de Caroline et Nathalie dont les parents sont atteints de pathologies neurodégénératives, d’Odile qui s’occupe de son fils autiste et de Marie-Thérèse membre d’une association d’aide aux aidants en difficulté.
Comment traverser les embûches qui se dressent devant nous quand on devient aidant ? Comment concilier son rôle d’aidant et sa vie professionnelle ? Comment aider tous en conservant sa place de mari ou de fille ? Comment réagir face aux troubles cognitifs de notre proche ? Que faire face à la dépendance ? Où trouver de l’aide, une écoute ?
6 témoignages, 6 parcours différents, 6 maladies différentes et pourtant tellement de points communs.

Un livre qui rejoint ma bibliothèque à la maison de retraite et que je n’hésiterais pas à confier à mes collègues et familles que je rencontre.

Des vies (presque) ordinaires - Paroles d'aidants de Blandine Bricka
Les Éditons de l'Atelier 
Dès demain en librairie
Livre offert – Merci !
Publicités

7 réflexions sur “Des vies (presque) comme les autres

  1. un livre effectivement à partager, mon premier job m’a mis beaucoup en contact avec la maladie d’Alzheimer, quand c’est arrivé dans ma famille j’ai eu une approche totalement différentes de mes proches, certains proches ont mal vécu cette épreuve

  2. Pingback: Notre semaine en images et petits bonheurs #123 | Loustique et Pixels

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s