Point sommeil #1

Depuis les deux ans de Loustique, c’est la catastrophe côté sommeil ! comme ça… du jour au lendemain… sans prévenir… Loustique a décidé que dormir c’est pour les faibles !

Ouai… sauf que à deux ans on est encore trop petit  pour décider de passer des nuits blanches !

Pour faire simple du jour au lendemain, impossible de le coucher dans son lit malgré le même rituel du soir depuis des mois. Il se relevait à peine couché, s’accrochait aux barreaux, hurlait, jetait tous ses doudous par dessus bord et hurlait de plus belle car forcément « apu doudou« . Nous avons tout essayé : les câlins, les bisous rassurants, les berceuses, des bouquins sur les peurs du soir et les cauchemars, les menaces, la veilleuse, le « laisse pleurer »… RIEN, RIEN, RIEN… absolument rien n’a fonctionné ! Ah si une chose : s’asseoir dans un coin de la chambre et veiller jusqu’à ce que petit monsieur daigne s’endormir… Et il n’est pas bête Loustique, loin de là… il a vite compris que parfois on profitait de la pénombre pour s’éclipser discrètement (à quatre pattes…). Du coup ensuite il appelait : « papa, papa » et tout était à recommencer si on ne répondait pas… autant vous dire que nos soirées ont vite tourné au cauchemar…

Une fois endormi, vous allez me dire « enfin tranquilles ! » – et bien non : réveils quasi systématiques à 4h du matin ! et là aussi impossible de le rendormir… la seule chose qui fonctionnait c’était de le prendre dans notre lit au milieu de nous deux. Solution de facilité, nous étions crevés, hs et c’était la seule option qui nous permettait de « dormir » un minimum…

Et les siestes me direz vous ? pareil !!!

Après presque 1 mois de ce traitement de folie nous étions cuits… complétement sur les rotules…

Notre semaine de vacances en Belgique nous a permis de nous reposer un minimum… Nous sommes revenus forts et pleins de bonnes résolutions !

Rebelote pour nos soirées devant la porte de la chambre à répéter : « oui Loustique maman est là ». Et nous avons fini quelques nuits endormis sur le parquet devant son petit lit… pitoyable !

Nous commencions à nous résigner, à nous dire que ça passerait en grandissant et qu’à 18 ans il dormirait certainement dans son lit… On en rigolait presque en disant qu’il essayait de nous dire qu’il ne voulait pas de nouveau bébé à la maison. C’est clair que le manque de sommeil est un moyen de contraception formidable (mais ça c’est une autre histoire).

Et puis nous avons passé un weekend chez mes parents. Loustique dort dans une grande chambre avec un grand lit, un lit simple et un lit à barreaux. Jusqu’à présent il « dormait » dans le lit à barreaux et puis le weekend dernier il est allé de lui-même se coucher dans le lit simple. Et comble du comble, il était tout fier de dormir dans le lit de tata !
Endormissement nickel, nuit nickelle… juste un réveil en pleine nuit à cause de la tempête !

Retour à la maison et on recommence les nuits pourries…

Mercredi, je rencontre la directrice de la crèche qui me trouve une petite mine… non sans blague ! mon anti-cerne n’est plus assez efficace pour camoufler le magnifique violet qui s’est installé sous mes yeux !
Nous parlons du comportement de Loustique, elle me rassure, me dit que mon petit garçon est bien éveillé, qu’il a son petit caractère mais qu’il est assez facile de contrer ses colères. Et puis nous avons parlé des nuits, elle a sourit et me dit que mon ptit Loustique est un grand maintenant… « oui ? et ? »… qu’il nous fait peut-être comprendre qu’il est grand et que nous devrions essayer le matelas au sol.
Et là je me suis souvenu des propos d’Hélène, mon haptothérapeute qui nous avait suivi pendant ma grossesse puis pendant la première année de vie de Loustique. Elle nous avait expliqué qu’entre 18 mois et deux ans le petit enfant développe sa motricité, explore complétement son environnement et découvre les interdits. Et avec ces interdits se développe la colère, la frustration d’être grand mais pas encore assez grand pour faire des choses de grand. Elle nous avait alors conseillé de compenser ces interdits en ouvrant son berceau puis en mettant son matelas au sol. Qu’il était important de lui montrer que grandir c’était aussi faire des trucs de grands et qu’il n’y avait pas que du négatif. J’avais bien entendu ses conseils mais j’avoue que le quotidien nous a rattrapé. Et puis je dois avouer que pour moi ouvrir le lit c’était aussi la porte ouverte à la fiesta dans la chambre.
Je fais part de ma réflexion à la directrice qui découvre en même temps que Loustique était un « bébé hapto ». Elle me demande si nous avons continué après la naissance. Oui, jusque 1 an. Et maintenant ? plus rien…

Je rentre à la maison, forte de ces conseils et bien décidée à changer les choses !
Dès le soir, Mr Pixels et Loustique démontent le petit lit ! Loustique est complétement énervé, fait des roulades sur son matelas, lance ses doudous, s’enroule dans la couette, saute… je me demande comment va se passer le coucher.
image L’heure du coucher arrive, on lit un livre, on bisoute, on câline, 3 rappels plus tard, Loustique ronfle !

image

La première nuit n’a pas été une réussite ! La tempête a empêché loustique de passer une nuit correcte, il a eu peur, a pleuré et Mr Pixels a passé la fin de sa nuit sur le sol à côté du matelas. Et à 5h du matin nous avons déplié le lit parapluie… Mr Pixels commençait déjà à me maudire et pensait revenir en arrière.

On décide de réessayer le soir ! Je demande à Loustique où il veut dormir lui laissant le choix entre le petit matelas au sol et le lit parapluie. Loustique choisi le matelas au sol. On parle un peu, je lui explique qu’il est grand maintenant et qu’il sera bien sur son petit matelas en attendant de recevoir son lit de grand. Coucher nickel… Nuit parfaite !

3e nuit : idem…

4e nuit : une catastrophe ! des réveils en pleurs toutes les trente minutes ! je termine la nuit avec Loustique dans les bras dans le canapé. Je découvre le matin que son oreille a coulé : otite… ceci explique cela…

5e nuit : coucher parfait, un réveil à 3h30 mais rendormi directement…

Et ce soir, le coucher s’est très bien passé… j’ai bon espoir de passer une nuit correcte !

Les siestes restent un peu chaotique… c’est tellement plus sympa de jouer…

On a aussi fait évoluer le rituel du soir. On lit un livre (rituel mis en place depuis ses 6 mois environ), on bisoute, on chantonne, on câline et surtout on fait un petit massage tout doux un peu type bercement en haptonomie.

Suite au prochain épisode !!!

image

Publicité

Bad Mother #25

Cet été Loustique a pas mal vadrouillé : il a d’abord commence le mois d’août par une semaine de vacances chez ses grands-parents, pour continuer avec une semaine dans le groupe des grands à la crèche (ici). Puis nous sommes partis une semaine chez mes grands-parents en Belgique, nous sommes revenu 3 jours, repartis une dizaine de jours en Bretagne et nous avons terminé par un weekend chez mes parents !!!

Beaucoup de changement quand on est un petit garçon de 21 mois. Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête de notre Loustique ? Lui qui était habitué à nous suivre partout et à dormir partout…

Les premiers soirs ont été difficiles : Loustique pleurait, ne voulait pas se coucher mais finissait pas prendre son doudou et s’endormir rapidement.

Et puis, les choses sont allé en s’empirant… nous pensions que les quelques jours chez nous arrangeraient les choses mais non… bien au contraire !

Nous avons ensuite pensé que l’énervement des bagages, des préparatifs, des parents pas forcément zen… y étaient pour quelque chose… et que tout cela s’arrangerait avec nos vacances rien que tous les trois…

1ere nuit de vacances : un couchage difficile (pas grave ça devient une habitude) et surtout 3 réveils en pleine nuit d’un bébé hurlant debout dans son lit !

2e nuit : idem

3e nuit : pareil


image

Nous avons TOUT essayé : reporter le coucher, chanter des chansons, l’épuiser avec la piscine et la plage dans la journée, la douceur, la fermeté, le « laisser pleurer », les câlins, le réconfort, le chantage, le méga biberon du soir, les livres, la veilleuse… Rien n’y fait, Loustique se réveillait toutes les nuits complétement paniqué en hurlant.

La seule chose qui fonctionnait : rester avec lui ! du coup Loustique finissait régulièrement ses nuit au milieu de nous deux dans notre lit… Autant vous dire qu’avec un bébé qui a la bougeotte et qui se réveille à 7h le matin nos vacances n’ont pas été de tout repos.

A notre retour de vacances je lisais un article qui parlait des cauchemars et autres terreurs : « il n’est pas judicieux de le prendre dans votre lit : se retrouver entre ses parents, à une place qui n’est pas celle d’un petit enfant, ne ferait que créer de la confusion… donc de l’angoisse, et peut-être d’autres cauchemars« .

Donc :

Je suis la Bad Mother qui perturbe son fils en l’emmenant en vacances…

Je suis la Bad Mother qui crée la confusion dans son petit cerveau en préférant le laisser dormir entre ses parents (et du coup dormir un peu aussi) plutôt que de passer sa nuit à le veiller à côté de son lit n’osant plus bouger de peur de le réveiller…

Je n’ai toujours pas trouvé LA solution. Toujours est-il que depuis que nous sommes rentré Loustique dort… dans son lit !

image

***

C’était ma participation pour les Bad Mother de Maud et Emma