La vie tout simplement

8 mois maintenant que nous avons déménagé. Pas du tout à la ville mais pas tout à fait à la campagne non plus.
Quelques mois plus tard et après quelques travaux de décoration (les grands travaux viendront plus tard). Nous avons 1001 projets pour faire de cette maison notre maison.
Mais en attendant nous profitons des petits bonheurs que nous offre ce changement radical de vie. Je ne pensais pas que notre maison deviendrait une véritable bouffé d’oxygène dans mon quotidien. J’aime m’y retrouver, faire un tour dans mon jardin après une journée de travail bien chargée ou voir la cheminée fumée au loin.

Ce soir en me promenant dans la jardin je me disais que nous avions de la chance de l’avoir trouvée elle.
Cet hiver nous avons profité de sa cheminée, de son coin lecture baigné de lumière et de son salon cocooning.
Cet été nous profitons pleinement de son jardin.

J’aime grimper dans le cerisier pour déguster à même l’arbre de délicieuses cerises sucrées.
J’aime aller arroser nos petites plantations et voir notre potager se développer jours après jours.
J’aime observer mon Loustique se raconter des histoires, se construire des cabanes et courir un pistolet à eau à la main.
J’aime l’entendre rire en sautant à pieds joints dans la mini piscine que nous avons retrouvée au fond d’un carton.
J’aime prendre mon petit déjeuner dehors en observant les allées et venues de nos colocataires les mésanges.
J’aime m’asseoir sur ma terrasse en reniflant l’odeur des herbes fraîchement coupées.
J’aime le voir tester de nouvelles recettes au barbecue.
J’aime quand il a 1001 idées d’aménagement ou de domotique, toutes les plus farfelues les unes que les autres.
J’aime avoir de l’espace pour rénover mes meubles…
J’aime mon salon quand il baigne de lumière le matin.
J’aime quand les rires de la famille et des amis inondent le jardin.
J’aime l’idée de pouvoir héberger nos amis du bout du monde lors de leur voyage en juillet prochain.

Cette maison ce n’était pas un coup de foudre, ce n’était pas une aévidence pour moi… mais elle le devient jour après jours. Elle est devenu notre foyer, l’endroit où je me ressource, où je me sens bien et où j’imagine ma famille grandir.

Les yeux de Loustique

img_20170302_074416_747

Vous êtes plusieurs à m’avoir demandé des nouvelles de Loustique et à vous être inquiété. Je vais essayer de vous en dire un peu plus aujourd’hui.

Pour la petite histoire, cela fait plus de deux ans que j’avais remarqué que Loustique louchait légèrement. Rien de bien grave selon mon pédiatre après avoir fait quelques tests de vision. Loustique voit bien, il va grandir et ses muscles vont se développer… tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici quelques temps.
Sauf que voilà… rien n’est rentré dans l’ordre, je dirai même que les choses se sont aggravées avec l’entrée en maternelle et la fatigue.
Après avoir insisté auprès de mon pédiatre, celui-ci accorde tout de même un : « bon, on va prendre rendez-vous chez l’ophtalmo pour rassurer maman« .
Alors je sais, avec le parcours de santé on n’a pas besoin d’une ordonnance de son médecin traitant pour prendre rendez-vous chez un ophtalmo. Mais en général je fais confiance, c’est lui le professionnel… pas moi et s’il me dit que tout va bien et bien tout va bien…
Rendez-vous pris… 1 an plus tard (et oui c’est ça les délais d’attente pour un rendez-vous chez un ophtalmo pour enfant à Caen).

Le 9 janvier dernier c’est donc confiante que j’accompagne Loustique chez l’ophtalmo. Nous en avions beaucoup parlé et je l’avais déjà préparé à la possibilité qu’il porte des lunettes pour corriger ce petit strabisme.
Nous passons d’abord entre les mains de l’orthoptiste qui lui fait différents tests d’acquitté visuel.
Première douche froide : Loustique ne voit rien de l’œil gauche ! Mais quand je dis rien… c’est vraiment rien. Une fois l’œil droit caché, Loustique ne parvient pas à dénommer les images qui lui sont proposées, de près, comme de loin, les petits comme les grandes images…

Nous rencontrons ensuite l’ophtalmo et le verdict tombe : Loustique est amblyope.
Késako ? Elle m’explique que l’œil gauche de Loustique est sain, mais que son cerveau « n’a pas appris à voir« . Dans son cas, l’amblyopie est déjà bien installé puisqu’il n’a que 1/10e à l’œil gauche. Elle m’explique que si l’amblyopie est prise en charge à temps (cad avant 6 ans), nous avons de bonnes chances de réussite. Loustique ayant 4 ans, il est plus que temps de nous en occuper.
L’œil droit compensant (en partie puisqu’il n’avait que 5/10e à cet œil), ça explique pourquoi nous ne nous étions rendu compte de rien auparavant.
Quelle prise en charge ? dans un premier temps nous avons commencé par le port de lunettes avec une grosse correction histoire de faire travailler l’œil gauche. Nous revoyons l’ophtalmo un mois plus tard pour faire le point et voir si la rééducation est possible ou non.

Le choix des lunettes de Loustique n’a pas été évident, nous allons chez un opticien spécialisé dans les montures pour enfant. Le rayon est plutôt bien achalandé. En trente ans, ils ont fait des progrès dans les montures pour enfant ! Nous optons pour des lunettes bleues, arrondies et bien couvrante afin que Loustique ne prenne pas l’habitude de regarder par dessus ses verres et fasse bien travailler son œil.

Nous les recevons deux semaines plus tard. Nous avons en effet choisi de faire affiner le plus possible les verres afin d’éviter l’effet « cul de bouteille » et cette procédure prend du temps.
Une fois à la maison, les lunettes sur le nez, Loustique m’avoue très sérieusement se trouver très moche ainsi… Les premiers temps ont été difficiles, Loustique n’y voit pas grand chose à travers ses verres, les lunettes sont souvent enlevée ou alors il regarde par dessus et il faut souvent le reprendre.

Deux semaines plus tard, les lunettes sur le nez nous retournons chez l’ophtalmo.
Loustique passe à nouveau entre les mains de l’orthoptiste. Le résultat est sans équivoque, l’œil droit a parfaitement récupéré mais l’œil gauche… rien…
L’ophtalmo nous reçoit ensuite expliquant que l’œil gauche n’a absolument pas progressé.
Deux possibilités s’offrent à nous :
– soit une rééducation intensive à base de cache à poser 24h/24 sur l’œil droit afin de forcer l’œil gauche à travailler et rééduquer le cerveau. Elle ne me cache pas que le travail est fastidieux, que ce n’est pas évident à 4 ans d’accepter de porter un cache 24h/24 d’autant plus qu’au départ il ne verra rien… Elle nous prévient également que les personnes qui auront la garde de Loustique devront également être fortes, fermes et convaincantes face à ce petit bonhomme qui n’aura qu’une envie : enlever son cache !
– soit Loustique perd son œil.
Autant vous dire que mon choix est vite fait !

Voilà maintenant un mois que Loustique porte son cache jour et nuit, 7 jours sur 7… et on peut dire qu’il est raisonnable notre Loustique pour un petit garçon de 4 ans. Les premiers jours ont été difficiles, nous devions le guider dans ses déplacements, il s’est pris des portes, les escaliers étaient compliqués et les petits copains de l’école n’ont pas été tendre avec lui.
Aujourd’hui nous revoyons notre opthalmo pour faire le point et voir si la rééducation fait son effet… on non…

On croise les doigts…

Peu de sites présentent des conseils et des témoignages de parents. Aussi, je pense que je partagerai avec vous l’évolution de la rééducation, les types de cache nous avons choisi (car j’ai découvert que ce n’était pas aussi simple que de se présenter à la pharmacie avec une ordonnance) et nos astuces pour faire accepter le port du cache à un enfant de 4 ans.

Deux mois dans la maison des Pixels

Et bien voilà, je traîne… cet article aurait du être posté le mois dernier… il attend sagement dans mes brouillons depuis.

Deux mois que nous sommes plus ou moins installés dans notre maison.
Une fois l’euphorie du déménagement et les copains partis, le soufflé est rapidement redescendu. J’avoue que les premiers jours n’ont pas été simples pour moi… j’avais beaucoup de mal à me dire que nous étions chez nous. J’avais vraiment l’impression d’être chez des inconnus. Et puis nous avons commencé à détapisser, repeindre, mettre nos meubles et peu à peu notre déco…
Plus les jours passent et plus je m’y sens bien. Plus les jours passent et plus j’ai des idées d’aménagement ou de déco. Plus les jours passent et plus je vois notre loulou s’épanouir. Plus les jours passent et plus je m’y sens bien et plus je commence à apprivoiser cette maison.

Nous nous sommes rapidement rendu compte que nous avions parfaitement optimisé notre 75m² et que nous avons beau avoir le double… il y en a quand même partout ! Alors on trie, on range, on dégage et on ne garde que les indispensables.

En deux mois nous avons refait la peinture de la salle à manger et du salon, terminé la chambre de Loustique (encore une ou deux finitions avant de vous la montrer), détapissé, repeint et mis du parquet dans le bureau et dans « la pièce au dessus du garage » et attaqué le buffet dans la future chambre d’amis qui me sert pour le moment d’atelier… Pas mal comme rendement non ? Sachant qu’à côté nous avions nos journées de travail, Loustique (merci les grands-parents de vous en être occupé pendant les vacances de la Toussaint) à gérer et une attaque de sournois microbes à combattre. Je dois tout de même avouer que nous avons un peu levé le pied ces dernières semaines.

Ce qui nous change le plus, il faut bien l’avouer, c’est d’avoir quitté la ville pour la campagne… et apprendre à ANTICIPER…
Fini la petite boucherie de quartier, ou l’épicerie quand il te manque une noisette de beurre ou de la levure pour ta gâteau.
Fini la pharmacie de proximité chez qui on courrait en cas de petit bobo ou de gros rhume.
Fini aussi la route à traverser pour aller à l’école.
Fini la station essence juste à côté de l’appartement et le plein « à l’arrache ! »

Mais c’est si peu à côté du calme, l’espace, les projets… et puis nous avons une délicieuse boulangerie au coin de la rue (il faut juste anticiper car ils ne prennent pas la carte bleu…).

Bref, les Pixels changent de vie !

retour-a-la-terre

Illustrations : Manu Larcenet - Retour à la terre

L’aider à se repérer dans le temps

Pas toujours simple quand on a presque 4 ans d’appréhender la notion de temps : demain, après-demain, la semaine prochaine sont des notions nébuleuses pour Loustique. Autant il commence à repérer les jours de la semaine et à savoir que le weekend c’est repos, autant se projeter dans le temps reste compliqué. Et c’est normal puisque les notions « d’hier » et de « demain » sont généralement acquises vers 5 ans.

Avant le déménagement, il nous a vu trier, ranger, faire des cartons. Mais quand est-ce que l’on va habiter dans la nouvelle maison ? On a commencé par « à l’automne, aux prochaines vacances » mais on voyait bien que ça ne répondait pas à ses questions.
Maintenant il compte les jours avant la St Nicolas, puis son anniversaire, puis Noël…

Pour l’aider à y voir un peu plus clair j’ai enfin imprimé et mis en place une poutre du temps. Ça fait un moment déjà que je pensais lui en mettre une mais j’avoue que je l’ai toujours repoussé à plus tard.

Je me suis inspirée de celle disponible chez Hoptoys, j’ai conservé les graphismes mais en grande paresseuse que je suis j’ai intégré les jours de la semaine directement dans la poutre (je ne me voyais pas les préparer en avance en collant les jours ni même en faisant participer Loustique).

Nous avons choisi ensemble les événements à indiquer sous forme de languettes : les anniversaires des copains, celui de Loustique, de papa, de maman et de la petite cousine, le déménagement, les visites et séjours chez les différents membres de la famille et bien entendu St Nicolas et Noël. Maintenant que Loustique commence à bien la manipuler, je pense y ajouter les anniversaires des autres membres de la famille.
J’y ai également intégré les weekends en bleu et les vacances en vert.
Au début la frise était accrochée sur la porte de l’appartement, maintenant elle est dans le couloir. Loustique avance son épingle à linge tous les jours. Il nous demande chaque matin s’il a école ou non et va directement vérifier sur sa poutre du temps.

Chez nous c’est un sans faute !

Notre poutre du temps est complété depuis la rentrée par Mon Super Calendrier de chez Grund. Conçu sous la forme d’un petit éphéméride, Loustique enlève une feuille chaque jour et découvre une petite information, une énigme, une devinette, un petit jeu qui accompagne la date du jour. C’est devenu notre petit rituel, juste avant de partir à l’école, Loustique enlève une feuille de son éphéméride pour découvrir la date du jour.

Par la fenêtre de mon salon

Un rendez-vous hebdomadaire proposé par Croque Madame et Alice. Un lundi pour papoter, échanger, partager, bloguer et surtout découvrir d’autres univers !

Cette semaine, je ne sèche pas et je reviens avec le thème : « Dans le ciel (nuages, cerf-volants, étoiles filantes, pleine lune, couchers de soleil…)« .

Je dois quand même avouer que je n’ai pas vraiment « séché » la semaine dernière, l’article est prêt mais je n’ai jamais réussi à appuyer sur le bouton « publier ». Peut-être car quelques mois après avoir failli perdre celle qui nous a mis au monde, j’ai eu du mal à parler de fratrie… car dans ces moments là on est heureux de pouvoir compter sur eux…

Allez, revenons à nos moutons… ou plutôt à notre ciel !

Plus de 11 ans dans cet appartement, 11 ans avec la vue sur les arbres, quelques maisons et l’église de Venoix, 11 ans à admirer et photographier régulièrement le ciel. Même s’il y a eu moins de photos ces derniers temps, les arbres ont poussé…

Et depuis quelques années, prendre le temps d’observer le ciel au dessus de nos têtes avec Loustique. Apprendre à rêver, imaginer des bestioles toutes plus mystérieuses et bizarres les unes que les autres… Car dans ce monde où l’on passe notre temps à courir après le temps, il est bon de le prendre justement ce temps…
Et d’ici peu, ce sera un autre ciel, enfin une autre vue que nous apprendrons à aimer…

Et toi ressemble à quoi ton ciel ?

Quand les Pixels décident de changer de vie

Un rendez-vous hebdomadaire proposé par Croque Madame et Alice. Un lundi pour papoter, échanger, partager, bloguer et surtout découvrir d’autres univers !

Aujourd’hui il est question du « grand jour, celui qui a changé votre vie« . Alors j’aurai pu vous parler de ma rencontre avec Mr Pixels mais surtout de la naissance de Loustique et ce jour qui a complétement bouleversé nos vies… Mais j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises sur le blog et j’avais plutôt envie de vous parler de nos projets.

Car il y a quelques temps nous avons fait un choix qui va changer nos vies à tous les trois : dans un peu plus d’un mois nous déménageons. Nous quittons notre appartement situé à 5 minutes du centre ville de Caen et que nous habitons depuis plus de 10 ans pour une maison… un peu plus loin…

Pas toujours simple pour les citadins que nous sommes d’envisager ce changement de vie. Nous parlions depuis un moment de vendre notre appartement qui commence à devenir petit pour nous trois et surtout pour nos passions respectives. Et puis nous avions envie de voir Loustique courir dans un jardin sans avoir à aller au parc à chaque fois… Mais d’un autre côté nous adorons notre quartier et notre vie de quartier : être en centre ville mais profiter du calme, avoir tous les commerces au pied de l’appartement, pouvoir aller à l’école de Loustique à pied et Mr Pixels a aussi la chance de pouvoir aller au travail à pied.
Les maisons en vente dans notre quartier sont rares, elles partent souvent comme des petits pains et sont généralement « dans leur jus »… La plupart que nous avons visité ont arrêté de vivre dans les années 70 ce qui implique également de gros travaux. Sans compter les impôts locaux et foncier qui à Caen explosent (d’autant plus dans notre quartier).

Il a donc fallu se rendre à l’évidence et cheminer dans notre projet : nous allons quitter Caen et notre quartier que nous aimons tant.

Mais pas question de s’asseoir sur tous nos critères, nous voulions une maison avec 3 chambres et un bureau, une belle pièce à vivre, un espace pour rénover mes meubles et un petit jardin. Nous la rêvions lumineuse et pourquoi pas en pierre de Caen. Mais là aussi pas facile de tout concilier. Les maisons anciennes à proximité de Caen sont rares (Caen et sa région ont beaucoup souffert des bombardements) et les travaux pour agrandir et faire entrer la lumière étaient parfois un peu ambitieux… notamment avec un presque quatre ans dans les pattes. Nous avons pris notre temps et visité de nombreux biens… trop petits, trop de travaux, trop mal foutus, trop inondables, trop proches de l’aéroport ou d’une grande route, trop perdu au milieu de nul part…

Et puis nous avons poussé la porte d’une jolie maison en impasse dans un village à la périphérie de Caen… Alors oui ce n’est pas une maison en pierre, elle a une dizaine d’années mais elle est lumineuse, il y a de l’espace, du potentiel et je sais que nous y serons bien.

Alors voilà, dans un peu plus d’un mois maintenant la famille Pixels changera de vie !

Maman c’est quand qu’on se revoit ?

Une petite phrase prononcée par un tout petit garçon de trois ans et demi.

Maman c’est quand qu’on se revoit ?

Quelques mots qui m’ont donné des frissons et fait verser une larme en début de semaine.

J’ai toujours su que je reprendrai le chemin du travail après la naissance de Loustique et quand il était petit j’avoue ne jamais m’être posé de question… ça allait de soi : lui à la crèche et nous au travail.
Tout a commencé à se compliquer avec les début de l’école et les petits mots de mon loulou sur les parents qui vont chercher leurs enfants à l’école, ceux qui participent aux activités ou accompagnent aux sorties scolaires. Le jour de la fête de Noël de l’école il y avait « la maman de Hugo, la maman de Raphaël, la maman de Naël, la maman de Maxime, la maman de Sasha« . Mais il n’y avait pas la maman de Loustique. Formation. Ce même jour.

Depuis le début de l’année j’emmène Loustique à l’école chaque vendredi matin. Oui oui seulement mais le vendredi il y a moins de monde sur les routes toussa toussa tu comprends ?
J’ai parfois l’impression d’être dans un monde à part.
Je suis la maman qui attends avec impatience l’ouverture des grilles et qui s’impatiente quand celles-ci tardent à ouvrir. Je suis la maman qui court, celle qui n’a pas vraiment le temps de s’asseoir à côté de son loulou pour admirer ses créations et l’encourager. Je suis celle qui aimerait dire deux mots à la maîtresse, savoir comment ça se passe mais qui abandonne vu le nombre de parents à vouloir faire de même. Je suis cette maman qui cumule bien sagement les heures supplémentaires pour pouvoir accompagner la classe de son fils en sortie scolaire et qui verse une larme quand on lui dit que non.

Et puis il y a des moments plus difficiles, la fatigue, des coups de bourre au travail, des soucis perso et notre petite routine quotidienne dérape. Maman crie, Loustique chouine. C’est ça aussi la vraie vie. Ces dernières semaines ont été compliquées : de grosses échéances au travail et ma maman à l’hôpital. Quand je rentrais le soir, bien souvent je découvrais un loustique endormi au fond de son lit.

Loustique a la spontanéité de ses trois ans et demi et quand il m’a demandé : « Quand est-ce qu’on se revoit ? » j’ai eu un petit pincement au cœur. Alors on se pose des questions, on rêve d’avoir un peu plus de temps pour lui… pour nous…
Vous l’aurez bien compris, cet été nous avons besoin de nous retrouver lui, moi et Mr Pixels bien entendu…